POUR MIEUX COMPRENDRE LA HORS CLASSE

Comme vous le savez peut-être la hors-classe est un acquis syndical. C’est le résultat des luttes de 1989 à l’initiative du SNES et du SNEP. 80 000 enseignants du second degré étaient en grève et manifestaient à Paris le 4 mars 1989 sur la revalorisation du métier (déjà !). En permettant d’atteindre l’indice 789 qui représente un gain de près de 600€ par mois et autant pour la retraite, c’est un véritable acquis salarial qui a été possible alors que le PIB était deux fois moins important. Preuve que la mobilisation « paye » et qu’il n’y a pas de fatalité mais des choix budgétaires.
Comme le souligne l’un des mandats du SNEP-FSU, La hors-classe fonctionne avec un avancement uniforme pour tous (changement d’échelon tous les 3 ans). Nous continuons de revendiquer l’élargissement de ce système à l’ensemble de la classe normale. Un avancement au meilleur rythme pour tous est pour nous la seule solution pour que l’évaluation soit franche et non biaisée afin que l’administration et les personnels soient tournés vers l’amélioration du fonctionnement du système éducatif et non vers le classement et la concurrence entre collègues.
Le SNEP-FSU continue de se battre pour qu’il y ait une plus grande justice et plus grande équité entre les collègues, tous les collègues. En effet, le gel du point d’indice depuis plus de 4 ans pose de lourds problèmes pour les fins de carrière mais aussi pour les entrants dans la profession. En 1983, un collègue rentrait dans le métier à 2,2 fois le SMIC ; aujourd’hui c’est moins de 1,2. Il y a urgence à ce que le ministère considère avec plus d’égards ses fonctionnaires qui ont en charge l’éducation des enfants et mette en place une véritable revalorisation.
Par ailleurs, la disparition de la CPA (Cessation Progressive d’Activité) il y a plusieurs années pose de réels problèmes humains pour les fins de carrières. Le SNEP-FSU prend à bras le corps ce dossier et intervient sur les questions de pénibilité dans la fonction publique.
Le SNEP-FSU lance un appel à témoignage pour que l’on prenne mieux en compte la question de la pénibilité. Vous trouverez cet appel à témoignage ici :

http://www.snepfsu.net/sante/penibilite.php

Les actions du SNEP-FSU n’auront de portée que s’il peut peser de tout son poids dans les négociations.
Même si le premier moteur du syndicat est l’investissement personnel de collègues, il ne peut fonctionner sans ses seules ressources financières que sont les cotisations des adhérents.
Alors n’hésitez plus, renforcez le SNEP-FSU dès maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *