DECLARATION LIMINAIRE FPMA 30 JUIN 2017

Monsieur le Président, mesdames, messieurs les membres de la FPMA.

Notre nouveau ministre de l’éducation, qui n’est d’ailleurs plus « national » vient d’annoncer un budget resserré ainsi que le gel des postes d’enseignants et de déclarer « qu’aujourd’hui  nous pouvons penser que nous avons le nombre de postes qui convient. »

Pour notre part, nous ne pouvons donc que suggérer à notre ministre de venir dans notre académie et plus particulièrement dans certaines zones géographiques pour qu’il prenne conscience de son erreur d’appréciation…

Au sortir de cette FPMA, 20 postes seront vacants dont19 dans l’EST, ce qui constitue un nouveau record.

Dans le même temps nous assistons depuis 1 décennie à une chute inexorable du nombre de TZR : 98 en 2007 et 16 cette année. Cette situation est à l’inverse de l’évolution en métropole qui a retrouvé un nombre de TZR quasi similaire à celui de 2007.

Cette inégalité inacceptable nous laisse un taux de remplacement de titulaires inférieur à 2%. Face à cette pénurie le rectorat n’a d’autre choix que le recours massif aux personnels non-titulaires qui augmente tous les ans (près de 60 en EPS cette année).

Nous constatons que, malgré l’engagement du Secrétaire Général à intervenir auprès du ministère pour obtenir un meilleur calibrage, l’EPS sera encore plus déficitaire à la prochaine rentrée. Les inégalités vont donc continuer à augmenter entre la métropole et la Réunion d’une part, mais également entre les zones géographiques (secteur EST notamment) et les établissements les moins attractifs de l’académie (collèges REP et REP+) d’autre part.

Avoir conscience de ces problèmes majeurs est une chose. A quand les actes  avec notamment un calibrage à la hauteur des besoins ?

En ce sens nous considérons que vous portez la co-responsabilité avec le ministère de cette situation, car il est impensable que la situation locale soit à ce point ignorée par les services centraux.

Cette année les mutations font apparaître 26 postes à complément de service. Si certains de ces postes permettent d’éviter des mesures de carte scolaire, ils constituent pour autant, une situation inconfortable pour les collègues et dégrade la qualité des services. C’est pourquoi les appariements devraient de notre point de vue privilégier les EPLE de même nature. Ils doivent être également respectueux de la circulaire, sinon, à quoi bon établir des règles…

Nous avons recensés à ce sujet trois cas de contournement concernant leur attribution.

Comme tous les ans, nous devons faire face à des divulgations de projet de mutation avant la tenue de la FPMA, ce qui discrédite notre travail de commissaire paritaire. Cette année, cette situation a atteint son paroxysme : des collègues se sont même présentés dans les établissements!

La date de la FPMA, très tardive cette année a certainement accentuée cette dérive mais il semble plus que jamais indispensable de trouver une solution qui redonne toute sa valeur au mot confidentiel et rappelle à tous les règles du paritarisme.

Une fois encore, l’EPS clôture ce mouvement intra. L’an prochain nous souhaiterions l’inaugurer.

Concernant ce mouvement nous auront des propositions d’amélioration de mutations à vous soumettre.