CONSULTATION DU SOCLE, C’EST NOTRE AFFAIRE

soclecommunLa consultation du socle, c’est notre affaire!

La consultation des enseignants sur le projet de texte « Socle commun de connaissances, de compétences et de culture » fait partie des exigences portées par un certain nombre d’organisations syndicales, dont la FSU.

En soi, elle révèle une première rupture radicale de conception du rôle que doivent jouer les personnels dans l’évolution du système éducatif : en 2005 l’élaboration du socle émanait des services du ministère (Dgesco) qu’ensuite les enseignants devaient appliquer ; en 2014 nous sommes consultés !

La consultation des personnels prendra la forme d’un questionnaire et d’une demi journée banalisée qui se déroulera ce jeudi 09 octobre.

A notre sens, La proposition du conseil supérieur des programmes n’est pas un simple toilettage du socle 2006, mais constitue une rupture de logique fondamentale :

  • Réhabilitation et replacement du SAVOIR (au sens large, sous toutes ses formes et sans hiérarchie entre elles) au cœur d’un projet ambitieux de formation pour tous les élèves.
  • Construction d’un cadre général qui formalise la visée de formation globale (explicitation des contours d’une culture scolaire commune) : un projet global de formation qui prend la forme de 5 grands domaines de formation qui ne sont pas accolés les uns aux autres mais qui forment un système.
  • Dans l’histoire du système éducatif français, c’est la première fois qu’un tel effort est tenté.

Ce cadre général, s’il est validé, imposera une refondation des programmes disciplinaires et de cycles, parce que ce sont les programmes qui auront la fonction d’opérationnaliser le projet général

C’est donc sur un véritable choix d’école que les personnels sont consultés.

Aussi, les avis contradictoires doivent pouvoir s’exprimer librement et figurer dans les relevés de conclusion. C’est pourquoi nous appelons tous les collègues de collèges mais aussi des lycées à investir le questionnaire, et ne pas rester enfermés dans cette seule remontée en faisant des propositions écrites au CSP.

Nous pourrions « regarder passer le train », croire à un âge d’or du système éducatif et en rêver, considérer que les compétences-clés européennes « y’a pas mieux », nous contenter d’un statu quo de l’existant.

Pour la FSU, les personnels ont l’occasion de donner leur avis. Ne passons pas à côté ! Ne prenons pas le risque de regretter de ne pas l’avoir fait lorsque cela était possible. Le SNEP invite donc tous les personnels à s’engager, au regards de ces enjeux dans les travaux de la consultation. Prenons nos responsabilités !

Le bureau du SNEP FSU Réunion