PLAN D’ACTION DU SNEP

Plan d’action : de l’ambition pour l’EPS…Parce que les élèves en ont besoin !

Suite aux stages animés par Alain Briglia, nous avons décidé collectivement d’agir face aux attaques que notre discipline subit : DNB, programmes collège, baisse des postes aux concours, suppression des options en lycée…

L’objectif étant de trouver des formes d’actions médiatiques originales et différentes. C’est pourquoi nous vous invitons à envoyer un courrier aux députés et un communiqué de presse aux les médias locaux (envoyez nous un mail pour recevoir les adresses des journaux). Vous pouvez le personnaliser en fonction de vos problématiques spécifiques (manque d’installations couvertes, pas de piscine, exposition solaire…) .

L’objectif étant de multiplier les communiqués de presse pour alerter l’opinion et les politiques sur l’avenir de notre discipline, son rôle essentiel au sein de l’école et nos conditions de travail.

Vous trouverez tous les outils nécessaires en cliquant sur le lien suivant : http://www.snepfsu.net/vieetab/planAction.php

AGISSONS AUJOURD’HUI POUR L’EPS CAR DEMAIN IL SERA SANS DOUTE TROP TARD!

UNSS : COMMUNIQUE DU SNEP FSU NATIONAL

Communiqué de Presse du 18 avril 2018

U N S S : un budget 2018 qui fera date… négativement

Chaque année, ce sont plus d’1 million de jeunes des collèges et lycées (23,5% des élèves en 2017 dont 40% de filles) qui s’investissent volontairement dans la pratique sportive scolaire volontaire du mercredi.
Une des raisons principales de cet engouement tient au prix modique d’adhésion proposé par les associations sportives scolaires (coût moyen autour de 20€). Pour le SNEP-FSU, c’est une condition indispensable pour faciliter l’accès à la pratique d’activités physiques au plus grand nombre d’élèves, notamment dans les milieux les plus défavorisés, là où justement ils sont les plus nombreux et nombreuses à s’inscrire et participer aux activités proposées par les associations sportives (AS) et l’UNSS qui les fédèrent.
Le budget 2018 présenté au conseil d’administration du 13 avril dernier, premier vrai budget sous la présidence de JM Blanquer, ministre de l’Education nationale, marquera les esprits : non pas par son volume qui connait une très légère augmentation (+1,83%), mais par son architecture !

Familles mises à contribution +10% d’augmentation

L’aide supplémentaire du Ministère de l’éducation nationale (125 000€) ne suffira pas à combler la baisse des subventions du ministère des sports et principalement celles des collectivités territoriales elles-mêmes confrontées à une réduction des dotations de l’Etat. Afin de pallier cette baisse, l’UNSS, outil original pour répondre à la mission de service public du sport scolaire, propose une augmentation de 10% du prix des licences ; accroissement qui contribuera à lui seul aux 3/4 de l’augmentation budgétaire (456000€ sur les 600 000€).
Seuls, le SNEP-FSU et les représentants des AS se sont opposés à une telle augmentation – brutale par son taux et sa date d’effet (rentrée 2018) – les autres membres du conseil d’administration ralliant sans exception la proposition du directeur national de l’UNSS et du représentant du ministre.
La prochaine Assemblée Générale de l’UNSS se réunira le 1er juin 2018 et statuera définitivement sur ce budget. Le SNEP-FSU a d’ores et déjà fait la demande d’une révision de l’augmentation du prix des licences et de la mise en place d’une aide vers les AS des lycées professionnels.

Nous ne croyons plus aux discours volontaristes du ministre de l’EN sur le développement de l’activité sportive pour tous, sur les voies de réussite que représentent l’EPS et le sport scolaire pour les jeunes. Nous attendons des actes et des décisions concrètes.

 

CLASSE EXCEPTIONNELLE 2018

OUVERTURE DU SERVEUR POUR LA DEUXIEME CAMPAGNE DE PROMOTIONS A LA CLASSE EXCEPTIONNELLE  DU 03 AU 16 AVRIL

La première CAPA pour l’accès à la classe exceptionnelle s’est tenue dans notre académie le 09 mars 2018.

Le SNEP FSU a revendiqué un déroulé de carrière sans obstacle de grade, et n’était pas favorable à la création de la classe exceptionnelle. Même si celle-ci permet un nouveau débouché de carrière, l’administration en a  largement restreint l’accès pour les enseignants n’ayant pas exercé de fonctions particulières puisque seuls 20% d’entre eux peuvent y accéder. Elle fait de ce deuxième vivier (non fonctionnel) un système de promotions au mérite arbitraire.

Le SNEP FSU continuera d’agir pour que l’ancienneté et la proximité du départ en retraite soient prises en compte de manière plus importante, afin de fluidifier l’accès et permettre au plus grand nombre d’accéder à la classe exceptionnelle. De même le SNEP-FSU continuera d’intervenir pour que la création du 7ème  échelon de la hors classe reportée d’un an soit avancée.

Dans toutes les CAPA le SNEP-FSU Réunion a revendiqué un accès pour tous, et a surtout œuvré pour que soient promus des collègues proches de leur départ en retraite. Lors de la précédente CAPA nous avons réussi à faire bouger les lignes ce qui va permettre à des collègues de partir à la retraite avec un gain de pouvoir d’achat.

Concernant les fonctions nous avons aussi dénoncé la lecture restrictive des textes et la non prise en compte des services à temps partagé. Grâce a nos nombreuses interventions dans les CAPA (SNEP/SNES/SNUEP)  ainsi qu’au ministère, la circulaire 2018 permettra la reconnaissance des services à temps partagé en éducation prioritaire si ceux-ci sont équivalents à 50%, ainsi qu’une lecture non restrictive sur les établissements RSS ou RAR qui étaient aussi en éducation prioritaire. Le ministère n’a pas voulu prendre en compte les temps partagés dans le supérieur, mais les fonctions de formateur académique seront reconnues (selon le décret de 2015) quelle que soit la quotité effectuée.

RAPPEL :
VIVIER 1 FONCTIONNEL CANDIDATURE SUR I-PROF OBLIGATOIRE
(conserver une impression écran de votre candidature et alerter le rectorat par écrit s’il manque des éléments à votre dossier)
 
80% des places seront accessibles pour les collègues ayant rempli les fonctions (arrêté du 10 mai 2017) listées ci-dessous pendant 8 ans et se trouvant au 3ème échelon de la hors classe pour les professeurs d’EPS, du 2ème échelon de la hors classe pour les agrégés. Les fonctions sont cumulables, mais une seule fonction est prise en compte pour une année :
 
Affectation dans un établissement classé éducation prioritaire (après 1990)
Affectation dans l’enseignement supérieur
Directeur de service départemental ou régional de l’UNSS
Conseiller pédagogique auprès des IEN chargés du 1er degré (CPD EPS)
Formateur académique (décret 20/07/2015)
Référent auprès des élèves en situation de handicap (D 351-12 à D351-15 du code de l’éducation)
 
VIVIER 2 VALEUR PROFESSIONNELLE DERNIER ECHELON DE LA HORS CLASSE
L’examen sera automatique, mais n’oubliez pas d’alimenter i-prof.
POUR TOUS
 
Pour tous les collègues (1er et 2nd vivier), les chefs d’établissements et IA-IPR (ou seulement le supérieur hiérarchique direct pour les collègues du supérieur ou de l’UNSS) vont porter des appréciations littérales. N’hésitez pas à prendre contact avec vos évaluateurs.
 
Grâce à l’action de la FSU vous pourrez consulter les avis émis par les évaluateurs dans la période impartie.
 
 

 

PROTOCOLE EN CAS D’AGRESSION

La FSU, lors de groupes de travail consacrés à la problématique des agressions, a très largement contribué à la création de ce protocole.Il vous donne toutes les démarches à accomplir pour être pris-e en charge.
Ce travail n’est qu’un début. Nous poursuivons notre travail sur cette problématique .Nous avons besoin pour cela que vous nous informiez de toute agression qu’elle soit physique ou verbale, qu’elle concerne un prof d’EPS ou non,un enseignant ou non.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au protocole à suivre en cas d’agression :

ÉDITO AVRIL 2018

Le mouvement intra académique 2018 s’inscrit dans un contexte social et politique particulier. Après les premières mesures antisociales prises par le gouvernement qu’il serait bien long d’énumérer, il semblerait que le vent puisse tourner suite à la mobilisation du 22 mars regroupant fonctionnaires et cheminots. Ces derniers sont clairement attaqués à travers la volonté de supprimer leur statut de « privilégiés » selon le discours ambiant. La méthode est pourtant toujours identique : diviser la société en stigmatisant les salariés entre eux. Pendant ce temps là, les profits boursiers et les inégalités ne cessent de s’amplifier. Certains d’entre vous pourraient s’interroger sur l’opportunité de parler des cheminots dans un bulletin spécial mutation. Il faut pourtant garder à l’esprit que leur statut représente un verrou indispensable à faire sauter pour le gouvernement. La suite est déjà écrite dans le Comité Action Publique 2022 (CAP22) dont l’objectif est « de revoir en profondeur les missions de l’ensemble des acteurs publics ». Certains éléments ont été dévoilés : plan de départ volontaire, recours accru aux contractuels, développement de la rémunération au mérite, renforcement de l’autonomie des établissements.

Dans l’éducation nationale, cette rémunération au « mérite s’est notamment traduite par la création d’une classe exceptionnelle dont nous avons pu constater les effets totalement ubuesques comme nous vous l’avons déjà expliqué. Souvenons nous également que le ministre de l’Education Nationale Blanquer envisageait en 2014, dans son livre « l‘école de la vie » (O. Jacob), la possibilité d’un recrutement uniquement par les établissements…

Dans ces conditions, ce serait la fin de la mobilité choisie selon un barème équitable et la porte ouverte à la mise en concurrence des établissements entrainant l’accroissement des inégalités territoriales et sociales.

Les réformes du collège et du lycée, ont depuis plus de 20 ans, eu pour conséquence d’abaisser les horaires obligatoires pour les élèves et par conséquent, la qualité de l’enseignement. Dans la réforme du lycée en cours, l’EPS ne serait pas épargnée notamment à travers la suppression des options d’exploration et de compléments qui se profilent. Dans notre académie, lors du dernier Comité Technique Académique, 13 suppressions de postes en EPS (dont 4 en lycées) ont été annoncées, alors que les 3 précédentes années le solde création-suppression était toujours positif. Autre levier plus insidieux utilisé par le rectorat n’ayant d’autre choix que de rester dans l’enveloppe budgétaire allouée, l’augmentation du nombre moyen d’élève par classe.C’est effectivement ce que l’on constate dans un grand nombre d ‘établissements.

Les conséquences de ces choix purement économiques seront cette année un nombre important de mesures de carte scolaire, une diminution importante des postes vacants et donc, un mouvement beaucoup moins fluide, c’est une certitude.

L’équation qui en résulte est simple : baisse des recrutements dans l’éducation nationale (-20% au CAPEPS) entrainant une dégradation des conditions de travail pour les enseignants et un appauvrissement de l’offre scolaire pour les élèves.

Les Commissaires Paritaires du SNEP FSU Réunion seront présents, comme chaque année, pour contester les suppressions de postes non légitimes et vous conseiller sur la meilleure stratégie.

 

CIRCULAIRE MOUVEMENT INTRA-ACADÉMIQUE 2017

La circulaire ayant pour objet le mouvement intra académique 2018 est parue
Le serveur (http://www.ac-reunion.fr, icône I-PROF ou http://www.education.gouv.fr/iprof-siam) ouvrira le 3 Avril à 12h et fermera le 18 avril à 12h (heure locale)
Vous pouvez consulter la circulaire ainsi que ses annexes ci-dessous.
2018-03-23-mouvement-intra-circulaire-2018
Annexe-1-Elements-du-bareme-Intra-2018
Annexe-2-Etablissements-relevant-de-l-education-prioritaire-2018
Annexe-3-EPLE-par-communes-et-groupements-ordonnés-de-communes-2018 Annexe-4-Liste-des-zones-de-remplacement-2018

VŒUX ET BARÈMES CONTRACTUELS RENTRÉE 2018

Le serveur LILMAC permettant la saisie des vœux sera ouvert du 29 mars au 13 avril. Tous les personnels ayant reçu une affectation dans le courant de l’année sont concernés. Il est donc impératif de saisir des vœux pour ne pas perdre votre ancienneté de service!

Important :
Vous aurez besoin de votre NUMEN pour accéder à votre saisie.Nous vous rappelons que ce dernier est confidentiel et ne doit en aucun cas être communiqué
Vous pouvez formuler 6 vœux maximum (établissements, communes..) Vous trouverez les codes pour les vœux dans la rubrique de notre site : Codes établissements

CONFIRMATION DE SAISIE DES VŒUX :

Les confirmations seront envoyées sur la messagerie professionnelle. Elles devront être datées, signées et accompagnées des pièces justificatives (acte de naissance d’un nouvel enfant, justificatif d’admissibilité aux concours, diplômes…) au plus tard le 4 mai 2018
– soit par mail : dpe4.secretariat@ac-reunion.fr
– soit par courrier ou dépôt au secrétariat DPES (cachet faisant foi)

ATTENTION : Cette fiche permet d’établir votre barème. Soyez vigilants sur les renseignements qui y sont portés et rectifiez toute erreur au stylo rouge. Si vous avez des modifications à apporter vous devez fournir une pièce justificative (copie du diplôme obtenu, copie admissibilité concours, extrait acte naissance enfant..)

la fiche de suivi syndical est disponible en cliquant ici. Vous pouvez la télécharger et nous la renvoyer par mail ou courrier postal avant la CCP du 8 juin 2018 afin de corriger d’éventuelles erreurs.

Un groupe de travail sur les affectations des CDI ainsi que certains CDD (les plus forts barèmes sur poste à l’année.se tiendra le 17 juillet.

COMPTE RENDU DE LA CAPA CLASSE EXCEPTIONNELLE 2017 DES PEPS

La toute première CAPA d’accès à la classe exceptionnelle s’est tenue le 09 mars 2018. Vous trouverez ci-dessous le compte rendu accompagné de la déclaration liminaire du SNEP FSU Réunion.
 
Compte rendu :
La circulaire met clairement en avant la notion de « mérite » au détriment de l’ancienneté dans la carrière. Les propositions de promotion initiales s’inscrivaient nettement dans cette optique. Cependant, les arguments que nous avons exposés, notamment dans la déclaration liminaire, ont permis de profondes modifications dans les deux viviers.
Il s’agissait, pour le SNEP-FSU, de favoriser les collègues les plus anciens dans le corps et dans le grade au titre du 1er vivier et ceux partant à la retraite dans l’année pour le second, afin de favoriser le turnover dans le grade (fixé à 10% du corps pour rappel).
 
Suite à nos propositions, la liste initiale des promus  au titre du 2ième vivier, à été intégralement modifiées pour permettre à 3 collègues de partir à la retraite à la classe exceptionnelle avec un gain substantiel de leur pension!
Dans le vivier fonctionnel, nous avons obtenu 20 % de modification (4 sur 20 promotions) au profit de collègues proches de la retraite !
La prochaine CAPA se tiendra courant juin 2018. Nous continuerons à œuvrer pour permettre au maximum de collègues d’obtenir cette voie de promotion.
            
                                               
           
           Déclaration liminaire de la CAPA d’accès à la classe exceptionnelle 2017
 
Nous   siégeons   ce   jour à   une   CAPA   extrêmement   attendue   par   la   profession. En préambule, nous tenons à dénoncer les retards pris par le ministère dans la publication de la circulaire et par les dates imposées. Cette précipitation place tout le monde (rectorats, personnels administratifs, inspecteurs, chefs d’établissement, commissaires paritaires) dans des contraintes temporelles déraisonnables et des conditions de travail inadmissibles. 
     
La mise en place du PPCR a apporté des avancées non négligeables en termes de revalorisation salariale et d’équité de traitement entre collègues. Malgré cela, le ministère à fait le choix de créer cette classe exceptionnelle censée récompenser les « meilleurs » agents sur la base de critères totalement aberrants et injustes sur lesquelles nous reviendrons.
 
Ce n’est évidemment pas un hasard si ce gouvernement s’est empressé de mettre en place ces nouvelles CAPA alors que, dans le même temps, il a décidé de repousser les revalorisations indiciaires prévues au 01 janvier 2018, qui aurait bénéficiées à tous les agents. Il s’agit là d’un vieux fantasme qui consiste à penser que seule la mise en concurrence des agents permettrait l’amélioration du service public. Corolairement à ce postulat, un recours massif aux contractuels est annoncé. Le SNEP et la FSU affirment que tous ces choix sont totalement contre productifs et que ce sont  nos élèves qui pâtiront de la dégradation du service public d’éducation.
  
Nous n’étions pas demandeurs de la création d’un nouveau grade, car qui dit changement de grade, dit exclusion de  certains.
Cependant, la création de cette classe exceptionnelle devrait être une revalorisation non négligeable des fins de carrières et une ouverture vers de nouvelles grilles indiciaires. C’est pourquoi nous considérons qu’il est nécessaire d’élargir son accès au plus grand nombre et en favorisant la promotion des collègues proches de la retraite pour ne pas en boucher l’accès. Nous demandons donc que soit revue la liste des promus dans l’intérêt collectif.
D’ailleurs, le barème déséquilibré mis en place par le MEN et valorisant ce pseudo mérite pose question : comment peut on croire qu’il serait possible de classer des agents sur la base d’appréciations littérales par nature sujet à toutes les interprétations possibles ? Quelle égalité de traitement entre les collègues dont les carrières sont forcément très variables?
 
Élargir l’accès passe nécessairement par l’augmentation du volume de promotions à la classe   exceptionnelle. Cela passe également par  la  révision de  la  répartition  entre  les 2 viviers. Pour cette CAPA, 50% sont promus au premier vivier fonctionnel contre moins de 4 % au second. Cette situation est intenable, c’est pourquoi nous considérons que le décret doit être modifié en supprimant l’accès fonctionnel et en favorisant principalement l’ancienneté de service.
 
Ce nouveau grade et l’arrêté afférent ont provoqué un émoi important chez les collègues et une mise en concurrence nuisible quant aux fonctions reconnues. En effet, la concurrence, la soi disant rémunération au mérite sont à l’exact opposé des coopérations et échanges indispensables à l’exercice du  métier d’enseignant. Le gouvernement veut tenter de développe l’individualisation des salaires quand nous avons besoin dans tous les établissements d’un collectif  soudés.     
 
La circulaire laisse aux académies une liberté d’appréciation concernant les temps partiels et les postes partagés. Ceci est problématique en EPS, car nombre de nos collègues partagent leur service dans un même établissement (SEP, SEGPA) classé en éducation prioritaire. Nous demandons donc qu’il ait une clarification  à ce sujet afin que leurs années soient prises en compte.  
Également dans le cadre de l’éducation prioritaire, il conviendrait de prendre en compte les affectations avant 1990 qui concernent forcément les agents les plus anciens.
Enfin, pour les enseignants formateurs, il est difficilement compréhensible que l’arrêté ne fasse référence qu’au décret de  2015 alors qu’un très grand nombre ont exercés des missions de formateur au cours de leur carrière.
 
Au final, toutes ces dispositions, pénalisent principalement les collègues en fin de carrière.
 
Pour finir nous  déplorons  les   dispositions  choisies  par  l’administration  pour  la  gestion des CAPA classes exceptionnelles qui  nie la  représentativité et l’expertise  des  commissaires  paritaires représentant 85 % de la profession. Doit-on remettre en question la légitimité d’un gouvernement élu par 34% de la population ?
C’est pourquoi, nous demandons la suppression du recours au tirage au sort lorsqu’ un commissaire paritaire inscrit au tableau d’avancement ne peut pas siéger, et que ce soit l’organisation syndicale légitime qui désigne son remplaçant, à l’instar des   changements de commissaires paritaires élus au cours d’un mandat.
 
Les Commissaires Paritaires du SNEP FSU Réunion