COMPTE RENDU DU THEME 4

Nombre de participants au débat sur le thème : 10
Durée du débat en commission / en plénière sur le thème : 1h30 environ.

Nous avons abordé essentiellement le premier axe à savoir l’avenir et le renforcement du SNEP FSU à travers 5 points:

1 améliorer la communication
2 favoriser l’action syndicale locale
3 être plus et mieux concepteur de l’activité syndicale
4 fédérer et rassembler plus largement
5 proposer différentes formes de contestation

Concernant les autres axes, le manque de temps ainsi que la difficulté pour les collègues à se projeter sur l’avenir du syndicalisme en France et à l’internationale nous a contraint a aborder ce débat de façon plus superficielle.
Par exemple, compte tenu de notre calendrier particulier, il est difficile de mobiliser les collègues sur l’action inter catégorielle du 18 mars dans la mesure ou nous serons en congés. Les collègues sont sensibles aux problématiques plus larges mais on sent un manque d’engouement malgré tout.

Nous avons abordé également une action spécifique que nous menons ici actuellement concernant la chaleur, le rayonnement solaire et l’humidité. Cette action “chaleur” doit se traduire par des relevés de température, des motions dans les CA, une campagne d’information auprès des collectivités et des associations de parents d’élèves (ex: 1 affiche avec slogan “un point d’eau, 1 point d’ombre par installation, c’est le minimum pour la pratique de l’EPS!”). La pression se fait de façon plus institutionnelle dans le cadre du CHSCTA.

Axe 1- la communication:

Il est nécessaire que l’information remonte et redescende entre le bureau et les membres actifs du SNEP (S1) et ses adhérents et autres collègues EPS. Rendre compte le plus possible et dans les 2 sens: connaître les difficultés rencontrées par les collègues nécessite de leur part qu’ils répondent aux questionnaires (DGH/enquête plein air…). Le bureau doit faire un effort supplémentaire pour rendre compte des débats et prises de décisions.

Mise en place d’ outils numériques

Le problème actuel concerne le site internet actuellement inactif, idée de faire appel à un prestataire pour faire un site moderne et fonctionnel avec un fil d’information et un forum (thématique). Limiter le rôle du webmaster en permettant à des collègues identifiés d’alimenter eux même le site. Sur le site, des infos, des outils et du partage.
La question des réseaux sociaux a été abordé:
° Page Facebook du SNEP réunion avec renvoi sur le site (des modérateurs)?
° Compte twitter (pour tous? pour les S1?….)?
° Poursuite des questionnaires en ligne en améliorant le canal de diffusion (ciblé le coordonnateur, le secrétaire d’AS, le S1…)
Globalement le congrès se prononce pour ces idées mais il s’agit de trouver des forces vives pour aller plus loin.

-Poursuite des outils “classiques”

La majorité des congressistes est favorable à la poursuite du bulletin papier. Nous sortons chaque année entre 4 et 6 par an. Le bureau informe que tous les syndiqués peuvent produire des articles. Il semble que l’information transmise par le bureau à ce sujet soit insuffisante car la plupart des collègues présents ne semblaient pas informés.
Favoriser le contact téléphonique de proximité (responsables de secteur).
Solliciter les médias (presse écrite et TV) pour informer de nos actions.

Axe 2 – Favoriser le local, la proximité, la vie syndicale mais laquelle ?

Qu’est ce qui fait que nous avons du mal à organiser une vie syndicale?
Qu’est ce qui ferait que les collègues viendraient aux réunions?
Les propositions:

1, Un thème qui les concerne
2, Un thème sur lequel ils pensent que le SNEP local peut peser
3, Un moment de convivialité avec des personnes qu’ils apprécient
4, Des réunions proches de chez eux
5, Informations plus ciblées
6, Prise en compte des contraintes horaires mais c’est compliqué de satisfaire tout le monde
7, Un moment de détente avec une activité sportive proposée , une fête du SNEP, un tournoi…
8, Profiter d’un temps ou les collègues sont regroupés pour enchainer avec une réunion syndicale (exemple cross académique)

Axe 3 – Comment être plus et mieux concepteur de l’activité syndicale?

Que peut on faire pour faire “basculer” quelques adhérents du côté du militantisme?
Il faut plus et mieux solliciter les personnes susceptibles de participer à l’action syndicale.
– Formation des responsables de secteur et des S1, stages à public désigné.
– Distribuer des tâches à ces personnes en fonction de leur temps, leurs motivations, capacités.
– Permettre à ces personnes de remplir quelques tâches: alimenter le site internet, le bulletin d’information, répondre au téléphone…
Sur les 50 personnes présentes, 12 viendraient à une réunion qui ciblerait des personnes susceptibles d’être militant membre actif au SNEP. Cette piste semble être à développer.

Axe 4 – Fédérer, rassembler de manière la plus large possible

Un constat: le fait que le SNEP réunion soit toujours dans l’obligation d’agir ou de réagir dans l’urgence, il n’a pas assez de temps pour agir, anticiper, créer des synergies et des alliances avec d’autres partenaires.
Le SNEP seul ne pèse pas suffisamment, il doit savoir créer des alliances pour défendre les dossiers revalorisation des salaires, retraites…
Il est nécessaire de se redonner du temps pour ne pas négliger ce type d’action
– S’entourer, communiquer avec les fédérations de parents d’élèves.
– S’allier avec les autres syndicats.
– Dans la perspective des élections professionnelles faire associer dans l’esprit des collègues la FSU et le SNEP ce qui ne va pas toujours de soit.

Ce congrès doit être le point de départ de la campagne à venir. Chacun doit être conscient que les moyens qui permettent au SNEP de fonctionner sont dorénavant attribués à la FSU sur la base des résultats aux EP!

AXE 5 : Proposer différentes formes de contestations

Partant du constat que les formes traditionnelles d’action, telle que la grève, ne motivent pas trop les collègues (cf powerpoint SNEP) qu’est ce que le SNEP Réunion peut organiser pour être efficace et faire entendre et comprendre les revendications?
Principes d’action: lisibilité, efficacité et rendement (même si on est peu nombreux, notre action peu être médiatisée).
Proposer des formes d’actions novatrices, visuelles, rassembleuses, médiatiques, comme la flamme de l’éducation de 2008, le “corso fleuri” en 2011. Ces actions ont été visuelles et médiatisées.
– L’action massive doit être théâtralisée, ciblée, visuelle…
– Les actions moins visibles, sur plus au moins long terme (exemple action “chaleur”).

Au final, peu de points de divergences fondamentales.
Faut-il diffuser toutes les informations notamment sur le site ou bien les brider avec un mot de passe (accès militants). Certains pensent qu’au vue de la diffusion par le numérique, c’est inutile alors que pour d’autre il est nécessaire de faire en sorte que les syndiqués disposent d’informations plus précises et ciblées.
Les réunions de secteurs ne fonctionnent pas malgré les différentes formules. Faut-il les supprimer pour autant?
Les avis restent partagés. Peut être serait-il préférable se concentrer sur des réunions thématiques sur la base de réseaux qui intéressent les collègues: réseau plein air, sport scolaire, LP, programme…

Les propositions retenues par le congrès académique

– Réunions thématiques, de secteur et canal de diffusion via les responsables de secteur. Partage et échange.
– Proposer des stages de formation syndicale à l’attention des S1.
– Proposer des stage pédagogiques pour dénoncer le mauvais fonctionnement de la FPC sans s’y substituer mais montrer les carences du système.
– continuer et amplifier l’action “chaleur” actuellement menée par le SNEP Réunion.
– Relancer le site du SNEP en faisant appel à un prestataire.

Une réflexion sur “COMPTE RENDU DU THEME 4

  • 16/06/2014 à 15:36
    Permalien

    Dommage de ne pas retrouver dans un même dossier les comptes rendus de tous les ateliers.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *